Le Banquier
A la une Actualités La vie des sociétés Nationales

Soldes d’hiver : Chute de près de 60% des ventes

Près d’un mois s’est écoulé depuis le début de la saison des soldes d’hiver 2021, qui a débuté le vendredi 29 janvier, et se poursuit sur une période de six semaines, pendant laquelle les commerçants ont espéré vendre les stocks de leurs produits à des prix raisonnables.

Les commerçants ont espéré reconquérir les clients et récupérer leurs pertes dues à l’issue de la crise économique causée par la pandémie de coronavirus, mais ils ont été déçus par la faible affluence des citoyens.

Un certain nombre de commerçants ont indiqué, dans des déclarations à l’agence TAP, que la saison des soldes d’hiver n’a pas atteint les objectifs souhaités, compte tenu de leur incapacité à vendre leurs produits, et aussi face aux dépenses supplémentaires.

Le président de la Chambre syndicale nationale des commerçants de prêt-à-porter relevant de l’UTICA, Mohsen Ben Sassi, a qualifié la saison de “catastrophique sur tous les plans, considérant que l’échec des soldes est un nouveau coup dur pour les commerçants, affirmant que la plupart des commerçants participant à ces soldes ont réalisé moins de ventes de 50 et 60% par rapport aux soldes de 2020.

Concernant les raisons de cette situation, Ben Sassi, qui est également propriétaire de magasins de prêt-à-porter, a déclaré qu’il exerce cette profession depuis près d’un demi-siècle, et qu’il n’avait jamais assisté à un tel déclin des chiffres de ventes.

“C’est une preuve concrète de la dégradation du pouvoir d’achat des Tunisiens qui s’est remarquablement usé et que la pandémie de coronavirus a aggravé”, a-t-il dit, soulignant aussi la relation entre la crise politique que traverse le pays et la baisse des ventes des commerçants lors de la saison des soldes de l’hiver de cette année, en raison de la fréquence de l’organisation de marches et de manifestations de protestation presque tous les samedis.

Concernant l’éventuelle possibilité de prolongation des soldes d’hiver, Ben Sassi a expliqué qu’il attendra vers la fin de la saison (le 6 mars prochain) pour l’évaluer, évoquant la possibilité d’une prolongation de deux semaines.

De son côté, le directeur de la concurrence et de la recherche économique au ministère du Commerce et du Développement des exportations, Houssam Touiti, a déclaré que la saison des soldes d’hiver 2021 s’est déroulée dans des circonstances exceptionnelles caractérisées par une situation économique difficile que connaît la Tunisie à cause des répercussions de la pandémie de coronavirus.

Presque le même nombre de participation à la dernière session a été enregistré dans 2500 points de vente, la plupart dans le secteur du textile, de l’habillement et de la chaussure, avec des participations modestes dans les domaines de l’électromécanique, du meuble, du matériel d’information, des cadeaux, des antiquités et le secteur de l’optique.

Il a déclaré qu’une affluence moyenne était enregistrée, notamment le week-end, avec un taux de participation respectable des citoyens. Il a expliqué que les taux des réductions approuvés se situaient entre 20 et 70 pour cent, compte tenu des difficultés économiques, et qu’un grand nombre de commerçants ont adopté des taux de réduction élevés.

Il a également souligné que des opérations de contrôle ont été organisées avant le début de la saison. Au cours du premier mois, environ 150 infractions économiques ont été déposées, la plupart liées à des offres frauduleuses qui commencent généralement avant la date des soldes, ce qui est interdit par la loi n ° 40 de 1998 relative aux méthodes de vente et à la publicité commerciale.

Il a admis que cet événement (les soldes) a perdu de son éclat il y a environ cinq ans, ce qui se justifie par plusieurs facteurs, dont le plus important est l’aspect législatif qui ne s’est pas développé et qui est resté statique, malgré que la situation économique et les habitudes de consommation ont changé rapidement d’année en année, en particulier avec la croissance et l’émergence des technologies de communication modernes qui ont créé de nouveaux modèles de marketing, tels que les promotions frauduleuses et les événements commerciaux privés.

Il a souligné que le commerce électronique et les ventes en ligne se sont remarquablement bien développés, alimentés par la crise Covid et pendant les périodes de confinement, ce qui a poussé de nombreux Tunisiens à recourir à l’achat en ligne.

Touiti a également souligné que le ministère du Commerce, en coopération avec la profession, prendra en compte toutes ces transformations commerciales et l’évolution des modes de consommation.

Articles Similaires

Séance du 7 avril : avancée du titre de la BH

tour

BAD : l’initiative “Souk At-Tanmia” soutient plus de 80 entreprises tunisiennes

tour

Les exportations des agrumes augmentent de 57%

tour