Le Banquier
A la une Actualités Nationales

Perspectives 2021 : Optimisme prudent des chefs d’entreprises

La Chambre Tuniso-Française de Commerce et d’Industrie a publié, hier mercredi 24 février 2021, son « baromètre de la conjoncture économique ».

 Selon ce baromètre, les chefs d’entreprises affichent un optimisme prudent quant aux perspectives de 2021 et au rebond de l’activité économique, en dépit de la gravité du contexte actuel, marqué par la Covid-19.

La CTFCI a élaboré son baromètre du 1er  au 15 février 2021, auprès de 145 entreprises adhérentes (75 dans l’industrie et 70 dans le secteur des services), dont 100 à participation française (soit 69%).

Ce baromètre montre que la reprise, tant attendue et souhaitée, reste tributaire de la satisfaction d’un certain nombre de facteurs interdépendants : du renforcement de la stabilité politique et de l’amélioration de la situation sanitaire et de l’environnement des affaires.

 Ces préalables sont à même de renforcer la confiance des opérateurs et de leur permettre d’avoir une meilleure visibilité pour tirer le meilleur parti du mouvement de relocalisation qui commence à se dessiner en Europe.

D’une manière générale, le baromètre de la CTFCI relève qu’en 2020, près de 57% des entreprises ont enregistré une baisse au niveau de leurs chiffres d’affaires, 21% s’attendent à une stagnation et 22% prévoient une légère augmentation de leurs chiffres d’affaires.

L’année 2021 se présente sous de meilleurs auspices avec une légère amélioration en perspective, avec 35,6% des entreprises qui prévoient une hausse de leur CA, 33,6% qui s’attendent à une stagnation et 30,4% à une baisse.

En matière d’investissement, l’année 2020 a marqué un véritable coup d’arrêt, sous l’effet de la Covid-19, mais également de la situation politique et de la détérioration du climat des affaires.

Il ressort que 75% des entreprises ont procédé soit à une baisse soit à une pause de leurs investissements et 25% seulement, ont fait de nouveaux investissements.

L’année 2021 marquerait peut-être un brin d’espoir dans la mesure où 38% ont l’intention d’investir et 62% restent dans une sorte d’expectative.

Le baromètre de la CTFCI révèle aussi que la Covid-19 a sérieusement impacté la situation de bon nombre d’entreprises. Cet impact a été fort ou très fort pour 43,7% des entreprises, moyen pour 40% d’entre elles, faible pour 13% et insignifiant pour 3%.

L’impact de la crise sanitaire a été ressenti au niveau du chiffre d’affaires des entreprises, dont 80% se déclarent impactées à des degrés divers. Les effets du Covid-19 ont particulièrement étaient ressentis par les entreprises opérant dans le secteur du Tourisme, Transport, Textile et Aéronautique où 13% considèrent l’impact comme très fort. Il est à signaler que 20% seulement des entreprises sondées estiment n’être pas affectées par la pandémie.

En matière d’emploi, l’impact du Covid-19 a été diversement ressenti. Pour 57% des entreprises la Covid-19 n’a pas provoqué d’impact sur l’emploi. En revanche, 43% des entreprises ont été contraintes à réduire leurs effectifs (licenciements, arrêt des CDD, départ volontaire, retraite anticipée…). 3% seulement des entreprises qui opèrent surtout dans les secteurs du Tourisme, Transport, Textile et Aéronautique jugent cet impact sévère.

Pour ce qui concerne les facteurs de compétitivité du site tunisien des affaires, trois craintes pèsent sur les entreprises pour les douze prochains mois. Pour 77,1% des entreprises le risque redouté concerne l’instabilité politique, pour 75% le risque se réfère au prolongement de la crise sanitaire et pour 47,9% l’instabilité fiscale est perçue comme une source de blocage.

Au sujet du positionnement de la Tunisie en tant que site potentiel de relocalisation pour les entreprises françaises, 52% des entreprises jugent que la Tunisie est soit très attractive, soit moyennement attractive contre 48% qui pensent que le site tunisien des affaires a perdu significativement de son attractivité.

Pour ce qui concerne la relation entreprise-administration, les structures administratives sont jugées davantage moins performantes et moins transparentes. Dans le classement des administrations les moins performantes, le peloton de tête est occupé par les services de la   Fiscalité avec 40% des entreprises qui déplorent la qualité des services qui leur sont rendus et leur extrême enchevêtrement.

Les services de la Douane viennent en deuxième position avec 30% des entreprises sondées qui jugent négativement, la complexité des procédures et leur manque de transparence, suivis par la CNSS avec 12,5% d’entreprises qui expriment leur insatisfaction des services qui leur sont rendus par cette institution.

Articles Similaires

FIPA : chute des investissements étrangers au 1er trimestre 2021

tour

Comment régler Le différent entre le Gouvernement et la BCT sur la LFC 2020 ?

tour

Cuir et produits similaires : nouvelles procédures

tour