Le Banquier
A la une Actualités Nationales

LF 2021 : quelles sont les priorités pour les chefs d’entreprises ?

L’Institut Arabe des Chefs d’Entreprises a effectué, du 5 au 21 octobre 2020, un sondage d’opinion auprès d’un échantillon de 500 entreprises, sur le projet de la Loi de Finances 2021.

Les chefs d’entreprises interrogés ont insisté sur les trois priorités suivantes :

  • la lutte contre l’évasion fiscale,
  • la redéfinition des dépenses publiques,
  •  l’intégration du marché.

Ils ont aussi souligné l’importance de centrer la LF 2021 sur 4 axes essentiels:

  •  le contrôle de l’endettement,
  • la mise en place de mesures supplémentaires pour le redressement de la crise,
  • la gestion de la crise sanitaire, la préservation des équilibres financiers,
  • l’implémentation des mesures annoncées en faveur des entreprises sinistrées.

Le sondage en question a également révélé que les chefs d’entreprises (79%) insistent sur la nécessité de lutter contre l’évasion fiscale, de redéfinir les dépenses publiques (77% ) et intégrer le marché parallèle (76%) .

Par ailleurs, ” 63% des chefs d’entreprises interrogés ont souligné l’importance de contrôler l’endettement, 63% ont vu nécessaire de prendre des mesures supplémentaires pour le redressement de la crise et 63% également ont évoqué l’enjeu de gérer la crise sanitaire. 59% ont plaidé pour la préservation des équilibres financiers et 41% pour l’implémentation des mesures annoncées en faveur des entreprises sinistrées “.

Au titre des priorités à mettre en œuvre dans le cadre de la LF 2021, les chefs d’entreprises ont évoqué la nécessité de maîtriser l’hémorragie des finances publiques, retrouver la confiance des investisseurs, protéger l’emploi, soutenir le système de santé, réformer le secteur public, appuyer les secteurs les plus affectés par la crise, prendre des mesures sociales et soutenir les PMEs.

Les chefs d’entreprises interrogés dans le cadre de ce sondage ont aussi recommandé de bonifier le TMM, d’alléger la pression fiscale, de prioriser l’investissement dans l’infrastructure et de revoir à la baisse les taux de retenue à la source pour encourager les placements bancaires et financiers.

Ils ont aussi proposé d’éliminer toute dépense publique inutile, de digitaliser l’administration pour assurer plus de réactivité et moins d’interactions physiques et de prévoir une amnistie de change.

Articles Similaires

218 MDT pour les bourses et prêts universitaires en 2021

tour

La Tunisie partenaire privilégié dans « Horizon Europe »

tour

Des activités économiques à Zaghouan dans le collimateur de l’INLUCC

tour