Le Banquier
A la une La vie des sociétés

Ellouhoum : des solutions pour résoudre le déficit

La société ” Ellouhoum ” projette d’augmenter son capital de 3 millions de dinars (MDT) à 33 MDT afin de l’aider à surmonter les difficultés qu’elle endure.

Cité par l’agence TAP, le directeur général de cette société, Tarek Ben Jezia, a fait savoir que la société souffre d’un déficit financier estimé à 32 MDT, lequel est un déficit structurel cumulé depuis des années.

Il a reconnu que ce déficit financier d’Ellouhoum, qui est une entreprise publique sous la tutelle du ministère du Commerce, n’est pas choquant par rapport aux entreprises publiques, soulignant que cette entreprise, fondée le 15 mai 1961 qui célèbre en 2021 son soixantième anniversaire, compte parmi les entreprises faciles à sauver et qu’une partie du déficit financier contient une garantie de l’Etat. “D’où la volonté de l’Etat de réactiver cette garantie qui rend son redressement possible si les moyens sont disponibles”, a-t-il précisé.

Le responsable indique que la mise en place d’un plan pour la restructuration de la société repose sur la nécessité d’assainir sa situation financière à travers la cession de certains biens immobiliers qui a un rapport direct sur l’activité de l’entreprise, estimant que cet état de fait permettra de couvrir une partie du déficit financier.

Ben Jezia impute le retard de la transformation de la société en un “pôle technique des viandes rouges”, à la divergence des opinions des responsables, oscillant entre le refus et l’accord, alors que l’Etat a voulu bien concrétiser cette démarche de transformation.

Il a souligné que cette opération ramènera à la privatisation des activités et des espaces mais pas la privatisation de la société qui demeure une entreprise publique indépendante, alors que l’activité à l’intérieur de ses locaux sera soumise à l’investissement privé, affirmant que ” cette transformation n’exclut pas le maintien de son rôle régulateur.

Il évoque l’existence de plusieurs locaux à louer mis à disposition des jeunes prometteurs ayant des idées en rapport avec la filière des viandes rouges.

Ben Jezia a ajouté qu’actuellement un investisseur libyen déjà installé dans l’un des locaux de la société a réalisé un projet pour exporter les appareils digestifs des animaux vers l’Allemagne afin de les exploiter dans les opérations chirurgicales, “ce qui montre clairement que la filière des viandes rouges, à l’exception des activités traditionnelles, est un créneau porteur”, selon ses dires.

Il a réaffirmé qu’il y avait plusieurs motifs pour la création d’un pôle technique des viandes rouges en Tunisie, partant de l’actuel complexe de la société, en se référant aux expériences étrangères en matière de développement du secteur des viandes rouges, appuyées sur la volonté des différents intervenants dans le secteur soit public ou privé.

Articles Similaires

TPR : stagnation du bénéfice en 2020

tour

Emission d’obligations de trois milliards de dollars

tour

Cimenterie Om El Kelil à Tajerouine : minée par la corruption

tour