Le Banquier
A la une Actualités Nationales

DETTE EXTERIEURE : LA TUNISIE A LE TAUX LE PLUS ELEVE AU MAGHREB

Selon la Banque Africaine de Développement, la dette extérieure de la Tunisie a représenté 97,2% du PIB en 2020, soit le taux le plus élevé en Afrique du Nord.

La BAD a publié cette estimation dans la 4ème édition de son rapport “Perspectives économiques en Afrique du Nord 2021 / La dynamique de la dette : la voie vers la reprise Post-COVID”.

Présenté lors d’un webinaire tenu, avant-hier mercredi 3 novembre 2021, ce rapport souligne que la Tunisie reste plus vulnérable aux chocs exogènes que les autres pays d’Afrique du Nord en raison de sa forte dépendance à l’égard de la dette extérieure qui a augmenté de 42,4 points entre 2012 et 2020.

S’agissant de la dette publique, la banque prévient qu’elle deviendra ” insoutenable ” si la Tunisie n’engage pas des réformes solides et crédibles bénéficiant d’un large soutien interne.

La dette publique brute pourrait atteindre près de 100% du PIB

En l’absence d’un cadre crédible de réformes, la dette publique brute devrait atteindre près de 100 % du PIB sur le moyen terme, estime encore la même source. Et d’ajouter que les risques liés à la viabilité de la dette sont aggravés par les risques de financement, la surévaluation du taux de change effectif réel et les passifs contingents (passifs de l’Etat qui deviennent exigibles) et garanties des entreprises publiques.

Selon le rapport, en 2020, les besoins bruts de financement public resteraient dans une fourchette élevée de 14 à 18 % du PIB sur une base annuelle, souligne les auteurs du rapport , ajoutant que la dette publique, dont 70 % est externe, a dépassé, en 2020, 80 % du PIB , poursuivant la tendance haussière rapide amorcée en 2011.

Les coûts du service de la dette absorbent 28 % du budget, ce qui limite les autres dépenses en faveur du développement, indique la même source.

Pour ce qui est des entreprises publiques, leurs difficultés financières constituent une autre préoccupation, déplore l’institution financière africaine, faisant remarquer que leur dette représentait 13% du PIB, en 2019.

D’après la BAD, ces entreprises qui bénéficient ” d’importantes garanties non encore apurées “, représentent des risques budgétaires et financiers importants, ajoutant que 30% d’entre elles font apparaître un stock de dettes de près de 40% du PIB, dont 20% sont dues aux banques et aux fournisseurs et le reste aux caisses de sécurité sociale, aux autres entreprises publiques et au gouvernement.

” A la mi-2020, ces entreprises publiques ont bénéficié de garanties publiques estimées à 15% du PIB. Si l’on ajoute la dette des entreprises d’Etat à celle de l’administration centrale, la dette publique totale serait nettement supérieure à 100% du PIB “, observe la même source.

Pour améliorer la gestion de la dette publique et renforcer la mobilisation des ressources intérieures, Audrey Verdier-Chouchane, économiste régionale pour l’Afrique du Nord, a mis l’accent sur la nécessité de mettre en place des mécanismes ainsi que des institutions qui permettent de trouver le juste équilibre entre les avantages et les coûts d’une dette supplémentaire.

Elle a, également, appelé à une meilleure transparence de la dette et d’un suivi minutieux des passifs éventuels, mettant l’accent sur la nécessité de restructurer les entreprises d’Etat et d’utiliser efficacement la dette pour financer des investissements productifs.

Articles Similaires

FMI – Tunisie : rappel à un dialogue social élargi

tour

Téléperformance : augmentation de salaires et nouvelles primes au profit des employés

tour

2021 : année des rapprochements?

tour