Le Banquier
A la une Actualités Nationales

CREDIT AGRICOLE (FRANCE) : LA PERSPECTIVE D’UN DEFAUT SUR LA DETTE EXTERNE DE LA TUNISIE S’EST ACCENTUEE

le Groupe Crédit Agricole (France) vient de publier un rapport intitulé “Tunisie – Nouvelle dégradation de rating : sans choc salutaire, un défaut sur la dette externe est assez probable”.

Ce rapport souligne La perspective d’un défaut sur la dette externe de la Tunisie s’est accentuée ces dernières semaines, face à la persistance de la crise politique et à l’absence d’accord sur les réformes urgentes à mettre en œuvre.

Le document rappelle que Fitch Ratings vient à nouveau de dégrader à B- le rating de la Tunisie et maintient un “outlook” négatif. Elle rejoint donc Moody’s dans son appréciation de la qualité du risque tunisien (perspective négative comprise). Les deux agences ont baissé de 7 crans le niveau de notation du souverain depuis 2011, en raison de l’instabilité politique et sociale et des dérives économiques depuis 10 ans (endettement, croissance, politique monétaire, secteur bancaire).

Crise politique et dérives macro-économiques

Le rapport indique que le système politique éclaté et antagoniste empêche toute réforme – voire toute prise de décision – et les tensions sociales, notamment avec l’UGTT, entraînent des dérives macro-économiques de plus en plus préoccupantes et qui effraient les investisseurs étrangers.

De plus, le pays a beaucoup souffert de la crise de 2020 : une récession de 8,8%, un déficit budgétaire de 11,4% du PIB et un déficit courant de 6,7% du PIB, faisant progresser le double surendettement public (89% du PIB) et externe (2,7 fois les exportations) à des niveaux très alarmants. L’effondrement de l’épargne va maintenir le déficit courant au-delà de 6% du PIB cette année.

La recrudescence de la pandémie de coronavirus en juin 2021 est exponentielle. “Cette situation compromet totalement la saison touristique de cet été et le manque à gagner va être très élevé pour la deuxième année consécutive, alors que le pays a besoin de 4 milliards de dollars de ressources en devises pour servir sa dette externe d’ici à la fin de l’année. La Tunisie a déjà fait l’objet d’un plan de soutien du FMI depuis 2015, mais le Fonds s’impatiente devant l’absence de réformes”.

“Le gouverneur de la Banque centrale vient de lancer un cri d’alarme contre le gouvernement pour lui demander d’agir sur le niveau des subventions et les salaires des fonctionnaires. Effectivement, la réforme la plus urgente à réaliser est celle de l’Etat, mais les gouvernements successifs semblent y renoncer”.

“De son côté, la BCT essaie de défendre la parité de change du dinar pour éviter une inflation importée qui accentuerait encore un peu plus l’instabilité sociale. Les réserves en devises ont baissé de 8% entre fin 2020 et fin mars 2021 à 8,4 milliards de dollars. C’est un signal très inquiétant, d’autant plus que 49% de ces réserves sont constituées des quatre prêts du FMI encore actifs”.

Un défaut sur la dette externe est assez probable

“La perspective d’un défaut sur la dette externe s’est donc singulièrement accentuée, en l’absence d’accord politique sur les réformes urgentes à mettre en œuvre et ouvrant la porte à une nouvelle aide du FMI. Bien que l’aide actuelle représente déjà 11% du PIB du pays, une extension semble indispensable pour résoudre les tensions de liquidité externe. Pour l’instant, le gouvernement se refuse à envisager une telle restructuration de dette. Effectivement, sur les 40 milliards de dollars de dette externe du pays (soit 105% du PIB), seulement 17 milliards sont portés directement par le souverain”.

“Une crise de liquidité pourrait alors prendre une l’intensité très sévère et entraîner une contagion aux acteurs endettés en devises. Une restructuration affecterait surtout, les créanciers des entreprises et des banques et obligerait le pays à entrer dans une douloureuse négociation avec les créanciers du secteur privé. Si le pays devait tomber dans les catégories de CCC, ceci signifierait une fermeture totale des marchés internationaux de refinancement”.

Le rapport conclut que les réponses à la crise ne vont pas dans la bonne direction : Spirale inflation-salaire sous la pression des partenaires sociaux, dérive du coût de la dette à 25% des dépenses budgétaires, monétisation des déficits publics par la BCT sous la pression du gouvernement. Cela nourrit à la fois l’instabilité gouvernementale et la défiance des créanciers extérieurs.

A l’instar du Liban, les créanciers externes habituels (FMI, multilatéraux, pays européens et pays du Golfe) sont de plus en plus réticents à aider les pays émergents où les blocages politiques, les entraînent dans une spirale de difficultés. Par ailleurs, et comme dans le cas de Beyrouth, seul un accord préalable avec le FMI pourra débloquer les fonds des pays amis disposés à soutenir financièrement Tunis.

Articles Similaires

SFBT : stagnation du bénéfice en 2020

tour

BNA et BH: “seul on va vite, ensemble on va loin”

tour

BCT : hausse des services de la dette extérieure

tour