Le Banquier
A la une Banques

BCT : APPEL AU FMI POUR ATTENUER L’IMPACT DE LA GUERRE RUSSO-UKRAINIENNE SUR L’AFRIQUE

La Commission Economique pour l’Afrique (CEA), organisme régional de l’Organisation des Nations Unies (ONU), a organisé, mercredi 9 mars 2022, une conférence à distance avec les ministres africains des Finances et les gouverneurs des Banques centrales du continent. La conférence était présidée par la Directrice Générale du Fonds Monétaire International, Kristalina Georgieva.

La visioconférence était consacrée à l’impact de la guerre russo-ukrainienne sur les économies africaines et les éventuelles mesures à entreprendre par les Institutions Financières Internationales (IFI) pour atténuer ses impacts.

Lors de ce, webinaire, le gouverneur de la Banque centrale de Tunisie, Marouane El Abassi, a lancé un appel au FMI à mettre en place des mécanismes spécifiques sous forme d’appui budgétaire et d’aide à la balance des paiements, afin de combler l’impact de la flambée des prix internationaux de produits de base (alimentaires et énergétiques) sur les finances publiques et sur les réserves de change dans les pays africains. 

Faciliter les conditions d’octroi de crédits

Abassi estime également indispensable de mettre en place des mécanismes spécifiques sous forme d’appui budgétaire et aide à la balance des paiements. Pour lui, il est opportun de faciliter davantage les conditions d’octroi de crédits par les institutions financières internationales aux pays qui peuvent basculer dans beaucoup plus de vulnérabilité et de pauvreté. Il s’agit de préparer la prochaine phase ” plus sereinement “.

Aide à la transition énergétique

Evoquant la transition énergétique, Abassi estime que les pays africains doivent être davantage aidés dans ce sens, ajoutant que la situation actuelle a véritablement montré qu’il importe d’augmenter fortement ces d’investissements.

Fonds pour aider les pays à renforcer leur résilience et leur viabilité

Le gouverneur de la BCT a, par ailleurs, salué l’initiative du FMI de créer un Fonds pour aider les pays à renforcer leur résilience et leur viabilité, soulignant, toutefois, que les fonds mobilisés risquent d’être en-deçà des attentes, notamment à cause des limites d’accès par pays.

“Une meilleure et plus large mobilisation des DTS alloués aux pays qui en ont le plus besoin est essentielle”, a-t-il souligné, assurant qu’un “plus grand engagement du FMI sur des programmes de long terme aidera nos pays à faire face aux pressions de plus long terme sur leurs balances des paiements “.

D’autre part, Marouane El Abassi a exhorté le FMI à prolonger son soutien aux pays membres en difficulté afin de les aider à surmonter cette crise.

S’agissant des pays qui négocient actuellement un programme de financement avec le FMI à l’instar de la Tunisie, Abassi a souligné qu’il faudrait accélérer le processus tout en intégrant la conjoncture particulière dans les négociations avec les bailleurs de fonds.” S’il est nécessaire d’évaluer les retombées de ce facteur exogène sur les différents secteurs ou agrégats macroéconomiques et financiers, ceci ne doit pas constituer un élément retardant les négociations “ a -t-il soutenu.

Articles Similaires

Banques : comment réussir sa transformation digitale ?

tour

HANNIBAL LEASE ; BENEFICES ET DISTRIBUTION DE DIVIDENDES

tour

ATB : CROISSANCE DU PNB

tour