Le Banquier
A la une Actualités

AMS : reprendre l’activité et chercher de nouveaux partenaires

L’actionnaire de référence et la Direction générale des Ateliers Mécaniques du Sahel précisent, dans un communiqué qu’ils ont publié, qu’ils sont déterminés à ce que la société reprenne son activité dans des conditions normales pour assurer son exercice en continuité.

D’ailleurs, dans ce sens la direction générale continue à multiplier les efforts pour trouver des solutions de financement de dédouanement des marchandises pour assurer une réouverture prochaine de l’usine.

 Ainsi, la direction générale, soutenue par l’actionnaire de référence, Groupe LOUKIL, précise qu’une requête a été introduite auprès du Tribunal de première instance de Sousse, ayant pour objet l’admission de la société sous les dispositions de la loi relative aux sociétés en difficultés économiques et la désignation d’un administrateur judiciaire.

 Cette procédure a été faite en l’absence de tout contact, coordination ou consultation de l’actionnaire de référence. De plus, l’actionnaire de référence s’opposera fermement, auprès du tribunal, à cette procédure qui ne permet pas de servir les intérêts de la société et de ses employés.

Etant tout à fait conscient des difficultés encourues par la société, son Conseil d’Administration a lancé un plan global de restructuration financière et opérationnelle. Ce plan a été élaboré en collaboration avec trois cabinets de renommée, chacun dans son domaine.

 Actuellement, tout l’effort est focalisé sur sa mise en place en coordination et collaboration avec un intermédiaire en bourse. C’est dans ce sens que des contacts préliminaires sont noués avec des fonds d’investissement pour les convaincre de l’opportunité d’investir dans la société et la possibilité de la reprise d’activité, voire même son développement à travers de nouveaux partenariats techniques.

Par ailleurs, l’actionnaire de référence nie l’existence d’une offre expresse et formelle d’achat de la société de la part de Africa Holding, actionnaire de référence de la STIP. Par contre, il confirme qu’il est en pourparlers avancés avec un fonds d’investissement américain pour le convaincre de l’opportunité de financer le plan de restructuration de la société ainsi que les opportunités de son développement à l’échelle internationale.

Articles Similaires

Urgence absolue d’adapter notre réglementation de change au référentiel international

tour

La BIAT va réaménager 5 établissements scolaires

tour

Comment faire face aux créances douteuses ?

tour