Le Banquier
A la une Actualités Nationales

AGGRAVATION DU DEFICIT COMMERCIAL

Le déficit budgétaire s’aggrave

Le solde commercial s’est aggravé, durant les neuf mois de l’année 2021, pour se situer à 11,974 milliards de dinars, contre -10,137 milliards de dinars au cours de la même période de l’année 2020, selon la note sur le Commerce extérieur aux prix courants publiée mardi 12 octobre 2021 par l’Institut national de la statistique (INS).

Cette aggravation est expliquée par l’évolution au niveau des exportations (+22%) et des importations (+21%). Le taux de couverture a gagné 0,6 point par rapport à la même période de l’année 2020 pour s’établir à 73,7%.

L’INS indique dans sa note que les exportations ont enregistré, durant les neuf mois de l’année 2021, une hausse de 22% contre une baisse de 16,6% durant les neuf mois de l’année 2020. Elles se sont élevées à 33,608 milliards de dinars contre 27,537 milliards de dinars durant la même période de l’année 2020.

Pour leur part, les importations ont enregistré une hausse de 21% contre une baisse de 21,3% durant les neuf mois de l’année 2020. En valeur, elles ont atteint 45,582 milliards de dinars contre 37,673 milliards de dinars durant la même période de l’année 2020.

DEFICIT COMMERCIAL DE LA TUNISIE :  LES CAUSES DE L’AGGRAVATION

Le déficit commercial s’est aggravé de 18% durant les neuf mois de l’année 2021, atteignant près de 12 milliards de dinars (contre 10 milliards de dinars en septembre 2021), selon les dernières statistiques publiées mardi par l’INS.

Les exportations tunisiennes ont progressé de 22% pour atteindre les 33,6 milliards de dinars, contre un accroissement des importations de 21%, à 45,5 milliards de dinars.

“Le déficit de la balance commerciale est dû à un déséquilibre entre l’évolution des exportations (15%) et celle des importations (19%), au niveau du régime général, dont les produits sont destinés directement aux ménages et entreprises tunisiennes “, indique Elyes Asmi, directeur central à l’INS, dans un entretien accordé à l’agence TAP.

” Pour le régime off-shore, nous remarquons que les importations, qui concernent les matières premières et demi produits destinées essentiellement à l’activité de production et l’exportation des secteurs du textile habillement et cuir et des industrie mécaniques et électriques, évoluent à la même vitesse, aux alentours de 24% “, a-t-il noté.

Revenant aux causes de l’accroissement des importations en Tunisie, lesquelles sont passées de 37,6 milliards de dinars, à fin septembre 2020, à 45,5 milliards de dinars, à fin septembre 2021, notamment dans le cadre du régime général, Asmi évoque l’augmentation des prix de nombre de produits, notamment les céréales, plus précisément le blé tendre, dont la valeur des exportations a évolué de 24%, à 802 millions de dinars (MDT), l’orge (+44% à 581 MDT) et le mais (+44% à 593 MDT).

Il est à souligner que l’Onagri a fait état de la hausse des prix de céréales à l’importation, à fin septembre 2021, notamment pour le blé dur (13%), le blé tendre (25,3%), l’orge (30,5%) et le maïs (51,1%).Cette hausse des prix a engendré une baisse du taux de couverture de la balance alimentaire passant de 87,1% en septembre 2020, à 67,2% en septembre 2021.

Sachant que le taux de couverture de la balance globale a gagné 0,6 point par rapport à la même période de l’année 2020 pour s’établir à 73,7%.

Asmi met l’accent, également, sur l’accroissement des importations des biens de consommation de 21,8%, à 11 milliards de dinars, ce qui est expliqué en partie par l’augmentation de nos achats de produits d’équipements ménagers (climatiseurs, réfrigérateurs, télévisions…), d’ouvrages en plastique (+17%), du groupe jouets et articles de sport (+30%), et aussi une hausse au niveau des importations de voitures de tourisme de 73%, à 1,6 milliard de dinars.

Par ailleurs, le directeur central de l’INS a indiqué que la hausse des importations a concerné aussi les matières premières et demi-produits avec une évolution de 32%, à près de 16 milliards de dinars, ce qui reflète une reprise de l’activité industrielle, et des biens d’équipements de 17,8%, à 8,3 milliards de dinars, reflétant une amélioration des investissements industriels, puisque ces équipements sont destinés soit à la mise en place de nouveaux projets, soit à l’extension de projets déjà existants.

Pour ce qui est des principaux pays vis-à-vis desquels la Tunisie est déficitaire, Asmi a fait savoir que la Chine se situe en tête de liste, avec un déficit commercial à hauteur de 4,5 milliards de dinars.

Les principaux produits importés sont les chaudières, réacteurs et auto engins mécaniques (678 MDT), les autos cycles et tracteurs (250 MDT), les matières plastiques (158 MDT), la fonte, fer et acier (147 MD) et les appareils scientifiques (140 MDT).

En deuxième place, on trouve la Turquie, a fait remarquer le responsable, ajoutant que notre déficit avec ce pays s’élève à 1,8 milliard de dinars. Les importations sont composées surtout de fonte, fer et acier (360 MDT), de coton (247 MDT), d’autos cycles tracteurs (169 MDT), de chaudières, réacteurs… (153 MDT), de matières plastiques (142 MDT)…

Articles Similaires

Le titre SOMOCER poursuit sa montée

tour

AMI ASSURANCES

tour

Semaine Boursière : le Tunindex gagne 1,48%

tour